Archives de la catégorie ‘CLASSES DE 6è’

Rappels de la création

Publié: 17 janvier 2018 dans CLASSES DE 6è

CREATION

Je vous rappelle les consignes :

TRAVAIL DE CREATION :

Faire une création de partition et savoir l’interpréter.

Il s’agit de faire VOTRE PARTITION A VOUS, (pas une vraie partition musicale mais une partition avec des codes que VOUS COMPRENDREZ) : codes couleurs, dessins, tailles d’écriture, … et l’interpréter en la respectant à la lettre.

Vous pourrez vous inspirer des écoutes entendues en classe :

– procédé de « Récitations » d’Aperghis (le principe d’accumulation des syllabes ou des mots),

– onomatopées (chant des oiseaux…. ), syllabes incorporées…., départs en décalé (imitation)…

– Forme géométrique

hauteurs vocales (grave, médium, aigu…) , modes de jeux (chanté, chuchoté, parlé, crié…) ou bruits vocaux différents (représentés sur ta partition), ou toutes sortes d’onomatopées, ou mots inexistants. Les quelques instruments présents en classe peuvent aussi être utilisés

En créer une partition manuscrite que vous pourrez avoir sous les yeux, et une pour le professeur sur laquelle vous serez notés. Les couleurs vous aideront à vous repérer lors de l’interprétation. Soyez organisés et inspirés ! Chaque élève à un rôle dans le groupe. À vos idées !

Groupes de 3 à 5 élèves.

Durée de l’interprétation 1’30 à 2’00

Publicités

TRAVAIL DE CREATION EN CLASSE 

Faire une création de partition (tout à faire en classe) que vous interpréterez en classe en vous inspirant

– du procédé de « Récitations » d’Aperghis (le principe d’accumulation des syllabes ou des mots),
– du chant des oiseaux (onomatopées)
– ou en en imaginant des lignes représentant les hauteurs,
– ou tout autre type de style original.

Partition = Code visuel que vous comprendrez pour l’interpréter et à faire comprendre au professeur grâce à une légende.

La création ne doit pas forcément être un texte entier, mais peut-être un texte entrecoupé d’onomatopées, de syllabes, etc. … pour avoir un sens caché, un thème reconnu au final. Durée : env. 2 min

Votre création doit porter sur l’exploration de votre voix ! Tu dois utiliser des techniques vocales ou bruits vocaux différents (représentés sur ta partition par des couleurs différentes ou d’autres moyens), en faisant apparaître toutes sortes d’onomatopées, ou mots inexistants. Ces ajouts peuvent être des éléments importants de la pièce, ou un accompagnement. Les quelques instruments présents en classe, des objets de la vie de tous les jours ou vos instruments personnels peuvent aussi être utilisés :

Il faudra en créer une partition manuscrite que le professeur notera, vous pourrez en avoir sous les yeux lors de l’interprétation. Vous serez notés sur le respect de votre partition, la manière d’explorer votre voix, le respect des consignes (durée, partition donnée), qualité de la partition qui me sera donnée, l’interprétation…

Soyez organisés et inspirés ! Chaque élève à un rôle dans le groupe. À vos idées !

POUR RECAPITULER : 

Créer une partition, la respecter dans son interprétation en y mettant : 

  • de l’originalité
  • une utilisation de toutes les facettes de sa voix !

 


 

Sprechgesang :  c’est un mode de jeu vocal, une technique de récitation à mi-chemin entre le parlé et le chanté. Voit le jour au début du XXè s, et à été utilisé dans « Pierrot Lunaire » d’Arnold Schönberg, en 1912.

L’interprétation de ce mode de jeu dans cette pièce est au goût de l’interprète puisqu’il n’y a que des indications approximatives de hauteur. Le compositeur n’a pas imposé de registre pour chanter.

Mode de jeu : c’est la façon que l’on a d’utiliser un instrument (pincer les cordes, frapper les cordes, etc…) ou sa propre voix (chanter, chuchoter, parler, crier….)

—————————————————-

Dans « Stripsody » (1966), l’interprète utilise plusieurs modes de jeux, et onomatopées utilisés dans des comic strip (BD). C’est une œuvre très expressive.

—————————————————-

Chant de la séquence dans laquelle nous rencontrons des onomatopées :




Le théâtre musical  » Récitations  » n°10 d’Aperghis est une pièce vocale, où simplement un thème général est évoqué (désir, envie). Il y a une importance de l’interprétation qui peut être très différente à chaque exécution de cette pièce. Il est construit sur une structure triangulaire où les paroles, syllabes… s’accumulent.

Une pièce, même si elle n’a pas de sens particulier, varie en fonction de l’interprétation. Ici, plusieurs modes de jeux diffèrents sint utilisés selon les interprétations, par une même interprète : chanté, crié, parlé…

Récitations d’Aperghis avec des ajouts de syllabes, parfois inexistantes, pour donner un sens caché à la pièce musicale.

Autres interprétations :

Récitations d’Aperghis 2

Récitations d’Aperghis 3

 


SEQUENCE 2 : LA VOIX ET SES MODES DE JEU

Depuis quelques siècles, les compositeurs utilisent la voix dans tous ses états. Et ils n’hésitent pas, pour les besoins de l’imitation à incorporer des onomatopées, pour suggérer des bruits, des animaux, etc. …

COURS « Chant des oiseaux » de Clément Janequin, de la Renaissance musicale (XVIè s.) Le texte est difficilement compréhensible. Les paroles sont brouillées, les voix partent en décalé, en IMITATION. Pour imiter le chant des oiseaux, le compositeur utilise des onomatopées, ce qui était courant à cette période.

Nous entendons un choeur mixte (voix de femmes et d’hommes), sans accompagnement instrumental (a cappella)

Femmes aigu : SOPRANE

Femmes grave : ALTO

Hommes aigu : TENOR

Hommes grave : BASSE

Définition :
Imitation : départ d’un motif musical en décalé. Cela brouille des paroles.
Onomatopée : Technique vocale qui consiste à
former un mot dont le son est imitatif de la chose qu’il signifie. On en trouve dans les musiques de la Renaissance, dans les Bandes dessinées etc. …


Les percussions :

 

Quelques images : timbales (membranophone)
106_timbales

La batterie, composée de membranophones (toms aigu, médium, grave, Grosse caisse, caisse claire) et d’idiophones (cymbales, charleston).batterieLa caisse claire :caisse claire

La grosse caisse :GROSSEcaisse Le marimba (idiophone)marimba

Florilège d’instruments percussions du monde :percussions

Le triangle : idiophonetriangle-16cmCours à recopier :

On peut frapper ou gratter une membrane ou un matériau résonant pour faire un son. 

Pour les instruments à peaux (membranophones), plus la caisse de résonnance est grande, plus le son est grave. 

Les « idiophones » sont des percussion où l’on frappe une lame ou un matériau résonnant : xylophones etc. … 

Les percussions sont certainement les instruments les plus anciens. On en trouve dans tous styles : musique populaire, traditionnelle (dans les pays africains, latins où sont nés des rythmes endiablés comme la Samba etc. …), ou orchestres symphoniques…


Le facteur d’instrument à vent est capable de fabriquer des instruments à vent, de les restaurer, les accorder et les vendre. Il doit maîtriser les techniques permettant la fabrication de ces instruments mais doit aussi savoir en jouer ! Les bois se sont beaucoup développés vers le 17è s. Le musicien adapte sa musique à l’orchestre qui est à sa disposition. L’évolution de l’orchestre a donc fait évoluer la musique, et vice-versa.

timbre : En musique, le timbre est l’une des caractéristiques du son.  C’est ce qui définit le caractère, la qualité sonore spécifique d’une voix ou d’un instrument.

LES BOIS : 
Rappel : Les instruments sont classés par leur méthode de production du son et non par les matériaux qui les composent.

Le basson caractérisant le grand-père

 

Ces 4 instruments de la famille des bois :

flûte traversière, clarinette, hautbois, et basson n’ont pas le même timbre. On peut les différencier. Le compositeur utilise l’instrument le plus approprié au personnage, avec un thème particulier également.

Thème : motif mélodique