5è : IMPORTANCE RYTHMIQUE : vidéo Fantasia / Oiseau de Feu


Regarder ces capsules vidéos :

S’entraîner à lire des rythmes syncopés :

Maintenant que nous savons plus ou moins ce qu’est une syncope, je vous propose de visionner un extrait du film « Fantasia 2000 » avec la musique d’Igor Stravinsky encore une fois : « L’Oiseau de Feu ».

Cours à recopier :

Audition de L’oiseau de feu (Igor Stravinsky, 1909-1910)

L’Oiseau de feu est un conte dansé en deux tableaux d’après un conte russe dont la musique a été composée par Igor Stravinski en 1909-1910. Il a été créé à l’Opéra de Paris par les Ballets russes sur une chorégraphie de Michel Fokine.
Ce ballet le rendit célèbre.

Le rythme est essentiel dans ce ballet, puisqu’un ballet est une danse avant tout. Elle exprime différents sentiments : l’agitation, grâce à des rythmes syncopés, des accents importants, et une nuance forte, mais aussi le calme par la suite. Pour la scène finale et le retour du sourire et de la vie, le tempo est rapide et le rythme régulier !
Cette pièce a été utilisée dans le dessin animé «Fantasia 2000» de Walt Disney. La musique est au service de l’image et la met en valeur.

SYNCOPE : C’est un dérèglement rythmique : en musique, on appelle syncope une note attaquée sur un temps faible (la moitié d’un temps) et prolongée sur le temps suivant. Ce qui crée un déséquilibre.

Audition : « Le galop », Stravinsky, extrait de la suite n°2


Dans un premier temps, je vous invite à visionner cette capsule vidéo qui vous permettra de mieux comprendre ce qu’est le rythme

Pour finir, voici notre leçon :

Cours à recopier :

« Le galop », composé en 1925, extrait de la suite n°2 pour petit orchestre d’Igor Stravinsky (1882-1971), compositeur russe.

Le travail du rythme est important chez Stravinsky, et ici, il est essentiel dans la construction de cette œuvre. Il permet : 

– de dégager une forme et de diviser l’oeuvre en plusieurs parties

– d’entendre la rupture entre une partie « facile » (galops)caractérisé par ce rythme facile : 

2croches-2croches-2croches-noire

 et une autre plus « compliquée » rythmiquement (trots)

Création de mise en scène


Réaliser une interprétation digne d’un extrait de comédie musicale. En groupe vous :

  • répartirez les rôles
  • inventerez d’éventuels contre chants
  • mettrez le texte en évidence par des gestes évocateurs
  • réfléchirez à des dispositions, des placements, des mises en scène
  • ferez preuve d’originalité
  • chanterez le plus juste possible
  • etc ….

Voici les paroles de la chanson :

Si on t’organise une vie bien dirigée
Où tu t’oublieras vite
Si on te fait danser sur une musique sans âme
Comme un amour qu’on quitte
Si tu réalises que la vie n’est pas là
Que le matin tu te lèves
Sans savoir où tu vas

Résiste
Prouve que tu existes
Cherche ton bonheur partout, va
Refuse ce monde égoïste
Résiste
Suis ton cœur qui insiste
Ce monde n’est pas le tien, viens
Bats-toi, signe et persiste
Résiste

Tant de libertés pour si peu de bonheur
Est-ce que ça vaut la peine
Si on veut t’amener à renier tes erreurs
C’est pas pour ça qu’on t’aime
Si tu réalises que l’amour n’est pas là
Que le soir tu te couches
Sans aucun rêve en toi

Résiste
Prouve que tu existes
Cherche ton bonheur partout, va
Refuse ce monde égoïste
Résiste
Suis ton cœur qui insiste
Ce monde n’est pas le tien, viens
Bats-toi, signe et persiste
Résiste

Danse pour le début du monde
Danse pour tous ceux qui ont peur
Danse pour les milliers de cœurs
Qui ont droit au bonheur
Résiste

Résiste

Résiste

Résiste
Prouve que tu existes
Cherche ton bonheur partout, va
Refuse ce monde égoïste
Résiste
Suis ton cœur qui insiste
Ce monde n’est pas le tien, viens
Bats-toi, signe et persiste
Résiste
Résiste
Résiste

La vidéo de la chanson, cliquez sur le lien :

Séquence 2 : l’exploitation de l’opéra Carmen dans le domaine populaire


Cours à recopier :

On sait que la nouvelle « Carmen » de Prospère Mérimée indirectement, et l’opéra Carmen de Georges Bizet plus directement ont inspiré des peintres, des musiciens, mais aussi des réalisateurs de films, de bandes dessinées… et même de dessins animés populaires comme ici avec Tom et Jerry. Ils n’hésitent pas à utiliser la musique de Georges Bizet, dont les mélodies, sont finalement des plus connues au monde !

4è : Fiche Histoire des Arts n°1 : L’adaptation de la nouvelle « Carmen » en musique et dans les autres Arts


Pour télécharger et imprimer en couleur la fiche Histroire des Arts distribuée en classe, cliquez ci dessous :

HDA 4è FICHE 1 – La nouvelle Carmen

Pour ceux qui ne peuvent pas imprimer, voici le contenu de la fiche à recopier :

{À recopier si vous ne pouvez pas imprimer la fiche ci-dessus} :

Carmen est une nouvelle de Prosper Mérimée écrite en 1845, publiée en 1847. C’est l’opéra homonyme de Georges Bizet (sur un livret de Meilhac et Halévy), en 1875 qui la rendit célèbre.

Le compositeur : Georges Bizet (1838-1875)
Formation instrumentale : orchestre symphonique, choeurs et voix solistes.

Genre : opéra comique en 4 actes
Le livret :
L’action se passe à Séville (ville du Sud de l’Espagne) vers 1820. Carmen, une cigarière, promet l’amour à Don José le brigadier qui l’enferme pour avoir blessé une femme au visage. Mais elle tombe amoureuse à sa sortie de prison d’Escamillo, toréador. Les fins sont différentes selon les metteurs en scène.

Le personnage joué par Carmen demande de grandes qualités vocales (de mezzo soprano, et d’acteur). Cet opéra, est considéré comme celui le plus joué au monde.

Cette nouvelle a été adaptée dans plusieurs films, ou même évoquée avec la musique de Bizet dans des dessins animés.

Le personnage de Carmen a aussi souvent été peint. Nous avons vu en classe que de nombreuses musiques issues de l’opéra « Carmen » de G. Bizet sont connues, et même utilisées dans certains films, et dessins animées (Tom et Jerry…)

Définitions :

Nouvelle : l’ancêtre du roman. Il s’agissait de récits écrits en paragraphes dans les journaux ou les recueils de l’époque. Ce genre est né à la fin du Moyen- âge.

Livret : c’est le support sur lequel est écrit le scénario ou l’histoire de l’opéra.

Séville : ville espagnole

Mezzo soprano : registre de voix relativement aigü.

4è : Séquence 2 : l’Evolution de l’opéra – Près des remparts de Séville, Carmen


Vidéo : CARMEN «près des remparts de Séville» (version film)
Comme c’est une voix lyrique (travaillée de manière à ce que la voix porte, sans fatiguer les cordes vocales), les paroles ne sont pas toujours compréhensibles… Les voici :

Près des remparts de Séville,
Chez mon ami Lillas Pastia,
J’irai danser la Séguedille
Et boire du Manzanilla.
J’irai chez mon ami Lillas Pastia.
Oui mais toute seule on s’ennuie,
Et les vrais plaisirs sont à deux; Donc, pour me tenir compagnie,
J’emmènerai mon amoureux!
Mon amoureux il est au diable,
Je l’ai mis à la porte hier!
Mon pauvre cœur très consolable,
Mon cœur est libre comme l’air!
J’ai des galants à la douzaine,
Mais ils ne sont pas à mon gré.
Voici la fin de la semaine:
Qui veut m’aimer? je l’aimerai!
Nous danserons la Séguedille
Et boirons du Manzanilla.
Tra la la la la la la la la la la,
tra la la la la la la la la la la la.

COURS A RECOPIER :

Extrait du film de Francesco Rossi, 1984, adaptation cinématographique de l’opéra Carmen de Georges Bizet. (voir fiche HDA)

Même si la voix et les instruments sont importants dans les opéras, les choix de mises en scène sont déterminants pour les goûts du spectateur.

Ici, il s’agit plutôt d’un réalisateur, Francesco Rossi, puisque nous sommes dans le cadre d’un film.

Don José (Ténor), le brigadier est séduit par Carmen (Mezzo soprane), et la libère.

4è : L’opéra et son évolution, vidéo « C’est pas sorcier »


Dans cette vidéo, essayons de comprendre les coulisses de l’opéra, et voyons l’immensité de travail qu’engendre sa création, et sa mise en oeuvre :

En quelques mots, résumons :

(à recopier et connaître) :

SEQUENCE 2 : L’OPERA ET SON EVOLUTION A TRAVERS LE TEMPS

Visionnage vidéo « Dans les coulisses de l’opéra » c’est pas sorcier.

Résumé à recopier :

il y a 2 salles d’opéra monumentales à Paris : l’opéra Garnier, et l’opéra Bastille (plus récent).

L’opéra Garnier peut contenir 2000 spectateurs environ. Dans ces 2 salles on retrouve des surfaces de dégagements (endroit où l’on peut stocker d’autres décors d’opéra). Les planchers sont inclinés pour permettre au spectateur de voir tout ce qu’il se déroule sur scène. Les musiciens, eux, sont dans une fosse d’orchestre pour ne pas cacher l’espace scénique, mais être quand même visible pour le spectateur.

Voix d’hommes : Basse (grave), Baryton (médium), Ténor (Aigu)

Voix de femmes : Alto (grave), Mezzo (médium), Soprane (Aigu)

6è, SEQUENCE 2 : « Pierrot Lunaire » … Les modes de jeux vocaux


Visionnage : Pierrot Lunaire, A. Schönberg :

Capsule sur le Sprechgesang :

 {À RECOPIER}

Sprechgesang :  c’est un mode de jeu vocal, une technique de récitation à mi-chemin entre le parlé et le chanté. Voit le jour au début du XXè s, et à été utilisé dans « Pierrot Lunaire » d’Arnold Schönberg, en 1912.

L’interprétation de ce mode de jeu dans cette pièce est au goût de l’interprète puisqu’il n’y a que des indications approximatives de hauteur. Le compositeur n’a pas imposé de registre pour chanter.

Mode de jeu : c’est la façon que l’on a d’utiliser un instrument (pincer les cordes, frapper les cordes, etc…) ou sa propre voix (chanter, chuchoter, parler, crier….)

Registre : hauteur à laquelle on joue d’un instrument, ou on utilise sa voix.

 

Consignes du travail de création 6è / Séquence 2


TRAVAIL DE CREATION EN CLASSE

Faire une création de partition (tout à faire en classe) que vous interpréterez en classe en vous inspirant

– du procédé de « Récitations » d’Aperghis (le principe d’accumulation des syllabes ou des mots),
– du chant des oiseaux (onomatopées)
– ou en en imaginant des lignes représentant les hauteurs,
– ou tout autre type de style original.

Partition = Code visuel que vous comprendrez pour l’interpréter et à faire comprendre au professeur grâce à une légende.

La création ne doit pas forcément être un texte entier, mais peut-être un texte entrecoupé d’onomatopées, de syllabes, etc. … pour avoir un sens caché, un thème reconnu au final. Durée : env. 2 min

Votre création doit porter sur l’exploration de votre voix ! Tu dois utiliser des techniques vocales ou bruits vocaux différents (chanté, parlé, crié, chuchoté, grave, médium, aigu……) (représentés sur ta partition par des couleurs différentes ou d’autres moyens), en faisant apparaître toutes sortes d’onomatopées, ou mots inexistants. Ces ajouts peuvent être des éléments importants de la pièce, ou un accompagnement. Les quelques instruments présents en classe, des objets de la vie de tous les jours ou vos instruments personnels peuvent aussi être utilisés :

Il faudra en créer une partition manuscrite par groupe que le professeur notera, vous pourrez en avoir sous les yeux lors de l’interprétation. Vous serez notés sur le respect de votre partition, la manière d’explorer votre voix, le respect des consignes (durée, partition donnée), qualité de la partition qui me sera donnée, l’interprétation…

Soyez organisés et inspirés ! Chaque élève à un rôle dans le groupe. À vos idées !

POUR RECAPITULER : 

Créer une partition, la respecter dans son interprétation en y mettant : 

  • de l’originalité
  • une utilisation de toutes les facettes de sa voix !

 

6è, Séquence 2 : les modes de jeux vocaux (suite) : RECITATIONS D’APERGHIS


Le théâtre musical  » Récitations  » n°10 de Georges Aperghis est une pièce vocale, où simplement un thème général est évoqué (désir, envie). Il y a une importance de l’interprétation qui peut être très différente à chaque exécution de cette pièce. Il est construit sur une structure triangulaire où les paroles, syllabes… s’accumulent.

Une pièce, même si elle n’a pas de sens particulier, varie en fonction de l’interprétation. Ici, plusieurs modes de jeux diffèrents sint utilisés selon les interprétations, par une même interprète : chanté, crié, parlé…

Récitations d’Aperghis avec des ajouts de syllabes, parfois inexistantes, pour donner un sens caché à la pièce musicale.

Autres interprétations :

Récitations d’Aperghis 2

Récitations d’Aperghis 3