Publié dans CLASSES DE 6è

Evaluation de chant sur la Tribu de Dana : consignes


Pour l’évaluation du chant, de la semaine du 23 janvier 2023, voici les consignes :

Par groupe de 4 personnes min. à 8 personnes max interpréter 2 des 3 couplets au choix, par coeur, en répartissant le texte librement dans les couplets :

  • possible de tout chanter ensemble,
  • ou par 2, par 3 et changer tous les 2 vers,
  • ou changer et intervertir à la moitié d’un couplet
  • SEULE CONTRAINTE (chacun doit interpréter une quantité équitable de texte)

pour le refrain, ajouter un enrichissement :

  • Un contrechant sur des ouh
  • Une mélodie nouvelle sur le même texte en contrechant
  • Des percussions corporelles
  • Des bruitages (beatbox, bruits vocaux, corporels ou matériels évoquant la mer, ou autre)
Publicité
Publié dans CLASSES DE 5è

5è : Consignes du travail de création à finaliser pour la semaine de la rentrée.


Ce travail sera réalisé en classe. L’évaluation aura lieu la semaine de la rentrée

CREATION 5è, Séquence : Quels éléments musicaux participent à mettre du mouvement dans une œuvre.

Par groupe de 3, 4 ou 5, interpréter 8 petites cellules musicales (les mêmes, ou différentes) qu’il faudra mettre un mouvement en variant 4 éléments musicaux (Tempo, Registre, Rythme, Nuances), deux fois chacun.

Cette interprétation peut être parlée, ou chantée, et/ou agrémentée de percussions corporelles, ou chorégraphie ou d’une touche originale. Vous pouvez interpréter un extrait de chansons connue ou moins connue : mais attention à ne pas chanter la mélodie originale quand vous devrez varier le registre (la hauteur) ou le rythme. Ces 2 éléments modifient l’écriture même de la chanson originale.
Un chef peut être désigné, mener et donner des gestes au groupe pour que l’exécution soit parfaite. Exemple : geste d’ouverture = plus en plus fort. Geste horizontal avec le doigt = vers l’aigu ou le grave. Gestes marqués = variation de tempo.

Il doit rendre une trace écrite expliquant ses choix artistiques et la chronologie approximative des évènements.

Publié dans CLASSES DE 5è

5è, SEQUENCE 1 : Les éléments musicaux participant au mouvement en musique : « L’apprenti sorcier » dans « Fantasia » : liens entre musique et image


COMMENT LA MUSIQUE AMPLIFIE-T-ELLE LES MOUVEMENTS ET ACTIONS DES PERSONNAGES DANS UN DESSIN ANIME PAR EXEMPLE ?

Lorsque l’on regarde des films d’horreur, ou des films à suspense, le fait de se boucher les oreilles met une distance supplémentaire entre l’écran et nous même. Du coup nous vivons l’action « de plus loin » et nous avons moins peur. C’est tout simplement parce que la musique amplifie les actions des personnages.

Lire la fiche de la pièce musicale, cliquez-ici


La musique utilisée dans ce dessin animé est le poème symphonique « L’Apprenti Sorcier« , de Paul Dukas (1897, pour orchestre symphonique) il s’inspire d’un poème de l’allemand Goethe, dont voici les 2 premiers couplets :

Le vieux sorcier n’est plus là
Cette fois il est bien parti !
Cette magie qu’il m’interdisait
Est enfin à ma portée.
Je vais pouvoir essayer
De faire obéir les esprits,
Jeter des sorts, jouer avec les maléfices !
Je vais montrer tout mon art !
Flots ! Flots !
En avant,
Répandez-vous,
Ne vous ménagez pas !
Eau jaillissante du ruisseau
Viens remplir et éclabousser le bassin.
C’est le basson qui joue le thème principal

{Cours à recopier}

La musique utilisée dans ce dessin animé est le poème symphonique « L’Apprenti Sorcier« , de Paul Dukas (1897, pour orchestre symphonique).

Dans cette vidéo, on voit que plusieurs paramètres musicaux sont utilisés pour intensifier les mouvements, les sentiments, et actions des personnages. La musique illustre ce qu’on voit, mais suggère aussi ce qu’on ne voit pas.

Quelques exemples :

– pour caractériser la discrétion de Mickey lorsque le sorcier va se coucher, la NUANCE est piano (douce)

-pour caractériser la présence du magicien qu’on ne voit pas à l’écran, mais qui est présent, tout près de Mickey, il y a des notes aigues (pour le mystère, la magie)

– pour caractériser la lenteur de Mickey lorsqu’il descend les escaliers, épuisé, le TEMPO est lent.

– pour caractériser la magie qui monte au ciel formant le papillon magique, le REGISTRE utilisé va du grave vers l’aigu : la mélodie est ascendante.

– pour caractériser la magie qui redescend brusquement et rapidement, la mélodie est descendante (le REGISTRE va de l’aigu vers le grave), et le TEMPO rapide.

– lorsque Mickey agite ses bras énergiquement pour prendre pouvoir sur le balai, la musique est agitée par un TEMPO rapide, et une NUANCE forte.

– lorsque le balai répond aux gestes de Mickey, des notes de rythme court se font entendre. Puis, il lui impose un rythme de danse même, la musique suit ce TEMPO modéré.

On comprend ainsi mieux comment la musique peut exagérer notre vision et notre ressenti. On se rend compte rapidement, qu’en coupant le son (vous pouvez essayer), le dessin animé prend moins d’envergure….

Publié dans CLASSES DE 5è

5è, SEQUENCE 1, Le Mouvement : Le codage sur partition des variations de tempo, ou nuance


Quelques variations de tempo et de nuances affichées sur partition :

à recopier :

tempo (ou vitesse) : vitesse d’exécution d’une pièce musicale. Elle peut varier :
– accélération : acc. ,
– ralentissement : Rall,
– indication chiffrée : T° = 60 indique une vitesse de 60 pulsations par minute, c’est à dire chaque seconde.
– un point d’orguePoint d'orguequi tient la valeur d’une note aussi longtemps que le chef le désire..

nuance (ou puissance ou intensité) : changement d’intensité dans une pièce musicale. Indiquées sur la partition par :
p (piano)
mf (mezzo forte),
f (forté) ,
< ou  cresc.,
> ou decresc.)

La hauteur et le rythme sont des indications que donnent chaque note selon la hauteur où elle se trouve sur la portée (en bas ou en hait…) et , et selon la figure qu’elle va avoir. (blanche, croche, ronde…)

Les voici, représentés sur partition :

Légende :

– en rouge, des variations de nuances ;

– en bleu, des variations de tempo.

Publié dans CLASSES DE 6è, HISTOIRE DES ARTS

6è : Séquence 2, séance 3 : La mythologie (Orphée et Eurydice) en musique et dans les Arts


Visionnage de 2 mises en scène de l’acte IV de l’opéra « Orféo » de Monteverdi, 1607

COURS A RECOPIER :

Télécharger la fiche, et l’imprimer chez vous, ou l’apprendre par l’écran, et l’enregistrer sur votre appareil cliquez-ici :

HDA 6è FICHE 1 – Les représentations de la mythologie grecque en musique

Audition d’un extrait de l’acte IV de l’opéra « Orféo » de Monteverdi :


{à recopier}
Considéré comme le 1
er opéra de l’histoire de la musique, en 1607, par C. Monteverdi, qui a édité lui-même la partition, ce qui est exceptionnel. Il met en scène le « Mythe d’Orphée ».
La forme et l’organisation de l’opéra se fixent quasi-définitivement à partir de cet opéra.

– L’opéra débute par une ouverture

– parfois, un prologue suit

– Les scènes commencent ensuite, séparés par des actes

– Les opéras suivent des livrets

– Le spectacle est intéressant car il allie histoire (dans les récitatifs, où l’orchestre et la musique sont mis au second plan et les arias : où l’histoire s’arrête un peu pour faire entendre de beaux chants (bel canto)

Récitatif : dans un opéra, le récitatif est un passage vocal durant lequel une voix chante en donnant l’impression de parler. L’accompagnement instrumental soutient simplement la voix. Le récit avance. 

Arias : dans un opéra, l’aria, (ou l’air), est un passage musical et vocal durant lequel la voix ou les voix chantent en mettant en avant leur capacités vocales (Bel canto). La musique est beaucoup plus mélodique, mais l’histoire/le récit, se met en pause.

{Fin du cours à recopier}

Les autres arts ayant utilisé cette mythologie :

orphée et eurydice rubens, vers 1636
la mort d’orphée amphore 450 av JC
Publié dans CLASSES DE 3è

3èmes : TRAVAIL DE CREATION DE PAROLES À FAIRE


Création de chanson à faire

VOICI LE THEME POUR VOUS AIDER À CONSTRUIRE VOTRE TEXTE EN AYANT LA MUSIQUE EN TÊTE :

Blue Jean, thème pour la création de chanson et l’improvisation : CLIQUEZ DESSUS ou CLIC DROIT « enregistrer la cible du lien sous…. » : Blues (clic ou clic droit enregistrer la cible du lien sous)

Je rappelle les consignes :

Créer des paroles sur la musique diffusée en cours qui nous servait d’improvisation. Ce fichier audio est appelé : Blue Jean, thème pour la création de chanson et l’improvisation. Il est recommandé de l’entendre pour se la remettre en tête et s’aider. Vous créerez ces paroles en respectant le nombre de syllabes ou pieds. Ces vers doivent rimer et raconter une histoire. Chacun passera en chantant sur son couplet, un après l’autre, le fichier son tournera en boucle, donc l’évaluation pourra aller assez vite. Vous pouvez le faire seul. Si vous êtes à deux, vous chanterez à deux (tout à 2 ou chacun son couplet, ou même choisir des personnes pour chanter avec vous qui ne seront pas notées), et vous créerez deux couplets avec une histoire qui se suit, à 3 vous ferez 3 couplets, etc… Si vous êtes seul, vous pouvez chanter avec l’aide de vos camarades. Une boucle ne dure que 24 secondes.

7 syllabes RIME 1
11 syllabes RIME 1
7 syllabes RIME 2
7 syllabes RIME 2
4 syllabes RIME 3
5 syllabes RIME 3 (ou les deux dernières lignes rassemblées en 9 syllabes : RIME 2)

Si les syllabes ne peuvent pas contenir le nombre strict imposé, il suffit d’adapter sa mélodie en l’interprétant.

Exemples, et aide :

Exemple :

Publié dans CLASSES DE 3è

Séquence 1, Blues, Séance 4 : analyse d’un blues traditionnel + Notion de transposition


Cours :

Ecoute :  (cliquez ici)

{cours à recopier}

Audition :

Buddy Guy : «Damn Right I’’ve Got the Blues»

Instruments entendus :
Batterie, guitare électrique, Basse, piano, Orgue Hammon

Modes de jeu du chanteur :  chanté, parlé, parfois crié

L’introduction improvisée à la guitare dure le temps d’une grille harmonique,  donc 12 mesures.

Comme nous pouvons le constater, les paroles d’une strophe sont réparties de manière logique sur la grille.

Capture d’écran 2015-10-07 à 11.22.31

Rappel :

Transposition : procédé de décalage de hauteur de la mélodie et de l’accompagnement. 

A RECOPIER :

Grille harmonique :  c’est une succession d’accords sur laquelle est construit un morceau, elle peut servir de trame à l’improvisation. » C’est un schéma régulier à 12 mesures.

Voici une grille traditionnelle de Blues  :

IIII
IVIVII
VIVII/V

Mesure : une mesure est un repère pour les musiciens. On place une barre de mesure tous les 4 temps en général dans une musique

Improvisation : processus par lequel le musicien ou le chanteur produit une musique ou un chant spontané, imaginaire en se servant d’une grille harmonique par exemple, et de ses connaissances, habitudes ou influences musicales.

Transposition : procédé de décalage de hauteur de la mélodie et de l’accompagnement. 

{FIN DU COURS A RECOPIER}

A LIRE :

Le Blues est un style issu du jazz (mélange de la culture noir africaine et des colons européens) qui évoluera tout au long du siècle en suivant l’évolution des instruments. Au départ les principaux instruments du Blues sont le piano, la contrebasse, et la guitare. L’orgue, et la guitare électrique, la batterie etc… et ce sont des instruments qui feront leur apparition et conduiront le Blues jusqu’au Rythm’ and Blues, et le R’n’B actuel.

Le blues est basé sur l’improvisation. Des instruments solistes, ou des chanteurs improvisent à l’aide d’une grille harmonique établie au départ. C’est une succession de 3 accords (trois notes à distance de tierce) différents (I – IV – V), sur une durée de 12 mesures. Cette grille leur permet de ne pas se tromper.

Je vous propose d’écouter :

Pour vous aider à vous repérer dans la grille harmonique, voici les 3 accords utilisés ici :

Ici, pour correspondre à la voix du chanteur, la tonalité du morceau a glissé (transposé) de Do à Mi. Les notes les plus graves ne seront plus les mêmes pour que ce soit plus joli et plus adapté au chanteur. Le I sera sur Mi, donc le II sur Fa, et tout le reste logiquement décalé… C’est ce qu’on appelle la transposition.

MI  (correspond au degré I)

LA (correspond au degré IV)

SI (correspond au degré V)

Voici la grille de cette pièce :

IIVII
IVIVII
VIVII/V

Chaque case correspond à 4 temps (ou pulsations). Dans chaque case, un accord est joué donc pendant 4 temps.

Publié dans CLASSES DE 5è

5è, SEQUENCE 1, Séance 2 : Les éléments musicaux participant au mouvement en musique : Pacific 231


Cours à recopier :

Le poème symphonique Pacific 231, d’Arthur Honegger (1923) décrit une locomotive à vapeur. On ressent la lourdeur de cette machine notamment grâce aux instruments utilisés dans le registre grave. On ressent aussi que cette machine se met en marche grâce au tempo lent qui accélère progressivement, et à la nuance (piano puis crescendo progressif).

poème symphonique : c’est une oeuvre orchestrale symphonique (famille des bois, des cuivres, des cordes, des percussions) visant à décrire un personnage, un paysage, un objet. 

Musique urbaniste : issu d’un mouvement musical inspiré par la révolution technologique du début du XXe siècle.

Registre : c’est une variation de hauteur (grave, médium, aigu)

Publié dans CLASSES DE 6è

6è : Séquence 2, séance 2 : Le mythe d’Orphée, écoute de l’opéra de C.W. Gluck.


à recopier :
Audition : « J’ai perdu mon Eurydice », le plus célèbre opéra de Christoph Willibald Glück, racontant le mythe grec d’Orphée mettant en scène Orphée (ou Orféo) et Eurydice. La version ici est en français, mais la version originale était en italien et fût crée en 1762. Un mythe d’Orphée a déjà utilisé comme thème dans le premier opéra de l’Histoire de la Musique par Monteverdi en 1607 (que nous allons aussi explorer dans cette séquence).

Définitions :
Légende : c’est une récit traditionnel de faits ou de personnages réels, déformée ou amplifiée dans des lieux qui ont existé. « La Tribu de Dana » peut être considéré comme une légende

Conte : c’est un récit de faits, d’aventures imaginaires, destiné à distraire qui peut être plus ou moins long. « Pierre et le loup » est un conte.

Rappel sur le mythe « La métamorphose de Syrinx » : La nymphe Syrinx tente d’échapper au Dieu des bergers Pan, toujours représenté avec des cornes de bouc. Le film d’animation de Ryan Larkin utilise des matériaux peu ordinaires : fuseau, sable, poudre.