Archives de la catégorie ‘CLASSES DE 5è’


Dans un premier temps, je vous invite à visionner ces deux capsules vidéos, qui vous permettront de mieux comprendre ce qu’est le rythme, et, pour la seconde, d’aller un peu plus loin.

Pour finir, voici notre leçon :

Cours à recopier :

« Le galop », composé en 1925, extrait de la suite n°2 pour petit orchestre d’Igor Stravinsky (1882-1971), compositeur russe.

Le travail du rythme est important chez Stravinsky, et ici, il est essentiel dans la construction de cette œuvre. Il permet : 

– de dégager une forme et de diviser l’oeuvre en plusieurs parties

– d’entendre la rupture entre une partie « facile » (galops) et une autre plus « compliquée » rythmiquement (trots)


Voici un reportage qui concerne le spectacle « Cosmic lullabies » qui sera donné au CAC de Saint-Avold, par la chorale du collège-lycée « Les astro-notes » le Vendredi 12 juin 2020 à 20h30. Notez cette date dans vos agendas, ce sera pour la cause caritative et solidaire !

 


SEQUENCE 2 : En quoi le rythme est-il important dans la construction d’une oeuvre ?

 

Le rythme : c’est ce qui détermine la durée des notes les unes par rapport aux autres. Il est quantifié par une pulsation , (temps) qui permet de comptabiliser les figures de notes.

figures de notes


Consignes du travail de création :

Choisir un texte d’une chanson existante ou en écrire un, et aménager le rythme de la chanson « Ulysse » de Rydan et l’adapter pour ce texte choisi.

Lors de votre passage vous aurez le droit aux paroles sous les yeux mais vous devrez fournir au professeur l’original de départ avec toutes vos modifications visibles. Vous pouvez supprimer des mots, changer l’ordre des strophes, inventer et rajouter des phrases, etc. …

Voici le play-back d’Ulysse sur lequel vous serez évalués. À télécharger pour vous entraîner : clic droit « enregistrer la cible du lien sous… » et définissez votre répertoire.

Bande son Ulysse

Bon travail !


Comment met-on du mouvement également
dans une musique de variété ?

Vidéo : La Valse à mille temps, Jacques Brel, 1959

COURS A RECOPIER :

La Valse à mille temps, Jacques Brel, 1959
C’est par l’ajout et la suppression d’instruments (piano, guitare, cymbale, orgue de barbarie, cuivres sur la fin…), et une augmentation de l’intensité vocale que la nuance est de plus en plus forte dans cette pièce. Il y a aussi une accélération permanente, du début de la chanson à la fin. Ce rythme de Valse, à 3 temps, se termine à une vitesse endiablée. Le débit des paroles est extrêmement rapide, et Jacques Brel est un virtuose de la voix pour chanter ce texte à cette vitesse.

Il commence chacune de ses strophes par le début d’un des trois temps de la valse.

Le thème est le même, la mélodie semblable, mais elle est répétée et amplifiée par ces ajouts d’instruments, qui se retirent aussi.

Ces évènements varient les nuances du morceau, et le tempo accélère toujours.


COMMENT LA MUSIQUE AMPLIFIE-T-ELLE LES MOUVEMENTS ET ACTIONS DES PERSONNAGES DANS UN DESSIN ANIME PAR EXEMPLE ?

Lorsque l’on regarde des films d’horreur, ou des films à suspense, le fait de se boucher les oreilles met une distance supplémentaire entre l’écran et nous même. Du coup nous vivons l’action « de plus loin » et nous avons moins peur. C’est tout simplement parce que la musique amplifie les actions des personnages.

Lire la fiche de la pièce musicale, cliquez-ici

{Cours à recopier}

La musique utilisée dans ce dessin animé est « L’Apprenti Sorcier« , de Paul Dukas (1897, pour orchestre symphonique)

Dans cette vidéo, on voit que plusieurs paramètres musicaux sont utilisés pour intensifier les mouvements, les sentiments, et actions des personnages.

Quelques exemples :

– pour caractériser la discrétion de Mickey lorsque le sorcier va se coucher, la NUANCE est piano (douce)

-pour caractériser la présence du magicien qu’on ne voit pas à l’écran, mais qui est présent, tout prêt de Mickey, il y a des notes aigues (pour le mystère, la magie)

– pour caractériser la lenteur de Mickey lorsqu’il descend les escaliers, épuisé, le TEMPO est lent.

– pour caractériser la magie qui monte au ciel formant le papillon magique, le REGISTRE utilisé va du grave vers l’aigu : la mélodie est ascendante.

– pour caractériser la magie qui redescend brusquement et rapidement, la mélodie est descendante (le REGISTRE va de l’aigu vers le grave), et le TEMPO rapide.

– lorsque Mickey agite ses bras énergiquement pour prendre pouvoir sur le balai, la musique est agitée par un TEMPO rapide, et une NUANCE forte.

– lorsque le balai répond aux gestes de Mickey, des notes de rythme court se font entendre. Puis, il lui impose un rythme de danse même, la musique suit ce TEMPO modéré.

On comprend ainsi mieux comment la musique peut exagérer notre vision et notre ressenti. On se rend compte rapidement, qu’en coupant le son (vous pouvez essayer), le dessin animé prend moins d’envergure….

Rappels à connaître

Publié: 29 novembre 2019 dans CLASSES DE 5è