Cours de 3è : Les représentations de la guerre et de l’horreur en musique « Thène à la mémoire des victimes d’Hiroshima »


pour télécharger la fiche « Histoire des Arts », pour l’imprimer en couleur, cliquez-ici :

HDA 3è FICHE 1 – Les représentations de la guerre en musique

Sinon recopier ceci :

bon à savoir :

DOMAINE : ARTS DU SON

THEMATIQUE : ART – ETAT – POUVOIR

SUJET : Les représentations et évocations de la guerre et de l’horreur (en musique ici)

Les compositeurs du XXè s. utilisent des moyens techniques développés, ou exploitent tout simplement des instruments comme le violon, (habituellement joué de manière conventionnelle) dans tous ses états et modes de jeux :

Pizzicato, col legno, glissandi,

et font ressentir la peur en jouant ces instruments à cordes dans le sur-aigu, et en cluster

Oeuvres d’ouverture :

pièces savantes : (cliquez sur ces morceaux pour suivre le lien, et les écouter)

« Mars » : G. Holst

« La Guerre » Clément Janequin : PERIODE DE LA RENAISSANCE ! (particularités : pièce uniquement vocale, a cappella, avec des onomatopées pour imiter les bruits de la guerre de l’époque)

« 1812, Ouverture » de P.I. Tchaïkovski (musique guerrière même si elle est très calme au départ… vers la 3è min on entend un caractère plus guerrier avec des instruments évoquant la guerre comme dans « Mars » : cuivres, et percussions. Vers la 5è min (5’25 env.), nous entendons le thème de « La Marseillaise » en petits morceaux entrecoupés.

chants internationaux ou de variétés :

« Sunday Bloody Sunday », U2 (chanson d’ouverture et le troisième single de l’album War enregistré en 1983 par le groupe de rock U2. C’est une des chansons les plus ouvertement politiques du groupe.
Ses paroles décrivent les évènements de Derry en 1972, connus sous le nom de Bloody Sunday, où quatorze manifestants pacifiques, dont sept de moins de 19 ans, furent tués par des tirs de l’armée britannique, à l’issue d’une marche réclamant le respect des droits civiques en Irlande du nord et la fin des pratiques discriminatoires des pouvoirs locaux envers les catholiques au niveau politique, social et économique).

« Nuit et brouillard », Jean Ferrat (chanson, dont les paroles, très touchantes, évoquent un évènement majeur de la seconde guerre mondiale : les camps de concentration…)

Et d’autres pièces, encore, nombreuses, dans toutes les périodes artistiques. Sans oublier les oeuvres picturales (« Guernica », de P. Picasso, ou « La liberté guidant le peuple » de E. Delacroix, …)

pour télécharger la fiche « Histoire des Arts » distribuée en cours, pour l’imprimer en couleur, cliquez-ici :

HDA 3è FICHE 1 – Les représentations de la guerre en musique

5è : IMPORTANCE RYTHMIQUE : vidéo Fantasia / Oiseau de Feu


Regarder ces capsules vidéos :

S’entraîner à lire des rythmes syncopés :

Maintenant que nous savons plus ou moins ce qu’est une syncope, je vous propose de visionner un extrait du film « Fantasia 2000 » avec la musique d’Igor Stravinsky encore une fois : « L’Oiseau de Feu ».

Cours à recopier :

Audition de L’oiseau de feu (Igor Stravinsky, 1909-1910)

L’Oiseau de feu est un conte dansé en deux tableaux d’après un conte russe dont la musique a été composée par Igor Stravinski en 1909-1910. Il a été créé à l’Opéra de Paris par les Ballets russes sur une chorégraphie de Michel Fokine.
Ce ballet le rendit célèbre.

Le rythme est essentiel dans ce ballet, puisqu’un ballet est une danse avant tout. Elle exprime différents sentiments : l’agitation, grâce à des rythmes syncopés, des accents importants, et une nuance forte, mais aussi le calme par la suite. Pour la scène finale et le retour du sourire et de la vie, le tempo est rapide et le rythme régulier !
Cette pièce a été utilisée dans le dessin animé «Fantasia 2000» de Walt Disney. La musique est au service de l’image et la met en valeur.

SYNCOPE : C’est un dérèglement rythmique : en musique, on appelle syncope une note attaquée sur un temps faible (la moitié d’un temps) et prolongée sur le temps suivant. Ce qui crée un déséquilibre.

Audition : « Le galop », Stravinsky, extrait de la suite n°2


Dans un premier temps, je vous invite à visionner cette capsule vidéo qui vous permettra de mieux comprendre ce qu’est le rythme

Pour finir, voici notre leçon :

Cours à recopier :

« Le galop », composé en 1925, extrait de la suite n°2 pour petit orchestre d’Igor Stravinsky (1882-1971), compositeur russe.

Le travail du rythme est important chez Stravinsky, et ici, il est essentiel dans la construction de cette œuvre. Il permet : 

– de dégager une forme et de diviser l’oeuvre en plusieurs parties

– d’entendre la rupture entre une partie « facile » (galops)caractérisé par ce rythme facile : 

2croches-2croches-2croches-noire

 et une autre plus « compliquée » rythmiquement (trots)