Séquence 1 « Les palettes sonores » : Séance 5, les percussions


Les percussions :

Quelques images : timbales (membranophone)
106_timbales

La batterie, composée de membranophones (toms aigu, médium, grave, Grosse caisse, caisse claire) et d’idiophones (cymbales, charleston).batterieLa caisse claire (membranophone) :caisse claire

La grosse caisse (membranophone) :GROSSEcaisse Le marimba (idiophone)marimba

Florilège d’instruments percussions du monde :percussions

Le triangle : idiophonetriangle-16cmCours à recopier :

Les percussions :
On peut frapper ou gratter une membrane ou un matériau résonant pour faire un son. Il y a :
Les membranophones (peau qui vibre) : tambours, timbales, grosse caisse…. Plus la peau est tendue plus le son est aigu.
Les « idiophones » (lame ou matériau vibrant) : xylophone, marimba, triangle, cymbales…

Dans « Pierre et le loup » les percussions sont utilisées pour représenter les coups de fusil des chasseurs.
Les percussions sont des instruments très anciens, présentes dans de nombreuses parties du globe, dans de nombreux styles.

5è, SEQUENCE 1, Séance 4 : Les éléments musicaux participant au mouvement en musique : Pacific 231


« PACIFIC 231 », Arthur Honegger.

Cette vidéo met en image la description de cette lourde machine à vapeur effectuée à travers le poème symphoniqe « Pacific 231 » d’Honegger. Il utilise divers éléments musicaux, comme les variations de nuances, les changements de tempo, les différents registres (échelle sonore : grave – médium – aigu), et certains instruments donnant un caractère lourd, etc. … pour décrire cette locomotive.

Dans toutes les musiques, ces caractéristiques musicales (tempo, nuances, en priorité), et d’autres (registres, instruments utilisés) visent à donner du mouvement à la musique afin d’empêcher l’ennui.

Cours à recopier :

CLIQUEZ POUR VOIR LA FICHE LA COMPLETER ET L’IMPRIMER EN BONNE QUALITE : Fiche à imprimer ou à recopier : CLIQUEZ ICI

PARTIE

TEMPO

NUANCE

INSTRUMENTS ET REGISTRE

CARACTERE ET PARTIE DU VOYAGE DECRITE

déf.

=  Vitesse = Volume = Hauteur = Ressenti

1

Lent puis accélère Crescendo progressif Cordes (contrebasse) et cuivres dans un registre grave Lourd et mystérieux. La locomotive démarre

2

Se stabilise dans une vitesse modérée Se stabilise dans une intensité moyenne (mf) Dialogue entre les instruments à cordes (dans les graves) et les cuivres (médium) Moins lourd grâce au registre est moins grave et au tempo moins lent qu’au début. Nous sommes au plein cœur du voyage

3

Il ralentit progressivement Très forte (besoin de puissance et d’énergie pour arrêter la machine et représenter le freinage) Dans les aigus pour les freins puis descend progressivement dans les graves. Apparition des percussions pour mieux marquer le ralentissement. Puissance, et énergie, avec cette nuance et les instruments choisis pour arrêter la machine qui retrouve sa lourdeur du début.
CONCLUSION : Je remarque que lorsque la machine est à l’arrêt les sons sont dans le registre grave. Ils vont vers l’aigu quand la machine accélère. Lorsque la machine est lancée, dans une vitesse stable on est dans un même registre.


ou imprimez ceci

Arthur Honegger (1892-1955), compositeur suisse, a écrit Pacific 231 en 1923. C’est une musique descriptive qui décrit une locomotive à vapeur, et ses différents mouvements : on appelle cela un poème symphonique. Honegger s’inspire des sons de cette machine, et des différentes parties d’un voyage au sein d’elle en structurant sa pièce en troisparties. On ressent bien la lourdeur de cette machine à vapeur, grâce aux instruments utilisés, leurs registres, au tempo, et aux nuances.

Lire la suite

5è, SEQUENCE 1, Séance 2 : Les éléments musicaux participant au mouvement en musique : Pacific 231


Cours à recopier :

Le poème symphonique Pacific 231, d’Arthur Honegger (1923) décrit une locomotive à vapeur. On ressent la lourdeur de cette machine notamment grâce aux instruments utilisés dans le registre grave. On ressent aussi que cette machine se met en marche grâce au tempo lent qui accélère progressivement, et à la nuance (piano puis crescendo progressif).

poème symphonique : c’est une oeuvre orchestrale symphonique (famille des bois, des cuivres, des cordes, des percussions) visant à décrire un personnage, un paysage, un objet. 

Musique urbaniste : issu d’un mouvement musical inspiré par la révolution technologique du début du XXe siècle.

Registre : c’est une variation de hauteur (grave, médium, aigu)