Archives de 21 mars 2020


Regarder la capsule sur le récitatif : 

et sur l’opéra : 

Lire cet article qui traite de la différence entre les opéras et les comédies musicales.

http://www.guichetdusavoir.org/viewtopic.php?f=2&t=46126

 

Si vous voulez vous amuser tout en apprenant, voici un petit Escape Game : https://view.genial.ly/5b7589de79de8f083643e69c

cours à recopier :

Récitatif : chant proche du parlé accompagné par un ou deux instruments destiné à faire avancer l’intrigue

Allons vers les comédies musicales…. :

« L’opéra et la comédie musicale sont deux genres différents qui coexistent pour la plus grande joie des spectateurs de tous les horizons. De grands compositeurs comme Kurt Weill, George Gershwin ou Leonard Bernstein sont aussi à l’aise dans le répertoire classique que dans le musical. Autrement dit, il n’y a pas d’un côté, petite ou grande musique de l’autre. Il n’y a que le plaisir que l’on peut ressentir devant une comédie musicale ou un opéra, et c’est tout ce qui compte… »


Visionnage : Pierrot Lunaire, A. Schönberg :

Capsule sur le Sprechgesang :

 {À RECOPIER}

Sprechgesang :  c’est un mode de jeu vocal, une technique de récitation à mi-chemin entre le parlé et le chanté. Voit le jour au début du XXè s, et à été utilisé dans « Pierrot Lunaire » d’Arnold Schönberg, en 1912.

L’interprétation de ce mode de jeu dans cette pièce est au goût de l’interprète puisqu’il n’y a que des indications approximatives de hauteur. Le compositeur n’a pas imposé de registre pour chanter.

Mode de jeu : c’est la façon que l’on a d’utiliser un instrument (pincer les cordes, frapper les cordes, etc…) ou sa propre voix (chanter, chuchoter, parler, crier….)

 


Dans un premier temps, je vous invite à visionner ces deux capsules vidéos, qui vous permettront de mieux comprendre ce qu’est le rythme, et, pour la seconde, d’aller un peu plus loin.

Pour finir, voici notre leçon :

Cours à recopier :

« Le galop », composé en 1925, extrait de la suite n°2 pour petit orchestre d’Igor Stravinsky (1882-1971), compositeur russe.

Le travail du rythme est important chez Stravinsky, et ici, il est essentiel dans la construction de cette œuvre. Il permet : 

– de dégager une forme et de diviser l’oeuvre en plusieurs parties

– d’entendre la rupture entre une partie « facile » (galops) et une autre plus « compliquée » rythmiquement (trots)