Archives de 6 décembre 2019


le départ de cette chanson pour choeur mixte (sopranes, altis, ténors, basses) se déroule ainsi

Réveillez-vous coeurs endormis
……..Réveillez-vous coeurs endormis
………….Réveillez-vous coeurs endormis
………………..Réveillez-vous coeur endormis

Ce qui fait que nous comprenons moins le texte, car il est scandé par tous les chanteurs, mais pas en même temps. Ce n’est pas vraiment un canon, puisqu’ici, les chanteurs ne chantent que le même texte, mais pas la même mélodie à la même hauteur, comme dans un vrai Canon (par exemple « Ensemble » de JJ. Goldman). on parle d’entrée en imitation

{COURS À RECOPIER} :  

Le « Chant des oiseaux » de Clément Janequin, de la Renaissance musicale (XVIè s.)

Le texte est difficilement compréhensible. Les paroles sont brouillées, les voix partent en décalé, en IMITATION.

Pour imiter le chant des oiseaux, le compositeur utilise des onomatopées, ce qui était courant à cette période.

Définitions :
Imitation : départ d’un motif musical en décalé. Cela brouille des paroles.
Onomatopée : mot inventé dont le son est censé imiter une chose. On en trouve dans les musiques de la Renaissance, dans les Bandes dessinées etc. … 

 

COMMENT LA MUSIQUE AMPLIFIE-T-ELLE LES MOUVEMENTS ET ACTIONS DES PERSONNAGES DANS UN DESSIN ANIME PAR EXEMPLE ?

Lorsque l’on regarde des films d’horreur, ou des films à suspense, le fait de se boucher les oreilles met une distance supplémentaire entre l’écran et nous même. Du coup nous vivons l’action « de plus loin » et nous avons moins peur. C’est tout simplement parce que la musique amplifie les actions des personnages.

Lire la fiche de la pièce musicale, cliquez-ici

{Cours à recopier}

La musique utilisée dans ce dessin animé est « L’Apprenti Sorcier« , de Paul Dukas (1897, pour orchestre symphonique)

Dans cette vidéo, on voit que plusieurs paramètres musicaux sont utilisés pour intensifier les mouvements, les sentiments, et actions des personnages.

Quelques exemples :

– pour caractériser la discrétion de Mickey lorsque le sorcier va se coucher, la NUANCE est piano (douce)

-pour caractériser la présence du magicien qu’on ne voit pas à l’écran, mais qui est présent, tout prêt de Mickey, il y a des notes aigues (pour le mystère, la magie)

– pour caractériser la lenteur de Mickey lorsqu’il descend les escaliers, épuisé, le TEMPO est lent.

– pour caractériser la magie qui monte au ciel formant le papillon magique, le REGISTRE utilisé va du grave vers l’aigu : la mélodie est ascendante.

– pour caractériser la magie qui redescend brusquement et rapidement, la mélodie est descendante (le REGISTRE va de l’aigu vers le grave), et le TEMPO rapide.

– lorsque Mickey agite ses bras énergiquement pour prendre pouvoir sur le balai, la musique est agitée par un TEMPO rapide, et une NUANCE forte.

– lorsque le balai répond aux gestes de Mickey, des notes de rythme court se font entendre. Puis, il lui impose un rythme de danse même, la musique suit ce TEMPO modéré.

On comprend ainsi mieux comment la musique peut exagérer notre vision et notre ressenti. On se rend compte rapidement, qu’en coupant le son (vous pouvez essayer), le dessin animé prend moins d’envergure….